Page 6 - Sesame 2017 / 2018
P. 6

L’artiste à la une

                         Félix Aberasturi,
                       détails et hasards...

   Plonger son regard dans une œuvre de Félix        Enfin, vient le troisième temps, celui de la mise
   Aberasturi, c’est embarquer pour un voyage        en couleurs. Félix Aberasturi laisse alors parler
   dans le temps, dans les souvenirs et dans         d’une manière plus libre son inconscient. Le
   l’inconscient. Natif de Mar del Plata, Félix      travail de la couleur apporte la métamorphose
   Aberasturi s’est forgé dans l’Art à Buenos        finale à ses images qui deviennent vivantes.
   Aires. Dans la capitale sud-américaine du street
   art, il mène de front ses études d’architecte et  « Si le sujet est important, je
   ses activités d’artiste. Major de sa promotion,   laisse à chacun la liberté de
   il côtoie parallèlement différents peintres, et   l’interpréter comme il l’entend »
   commence à exposer aussi bien collectivement
   qu’individuellement. Il s’installe à Paris en     Si sa technique est assez particulière, l’intérêt du
   2002 où il poursuit cette double activité.        travail de Félix Aberasturi se situe dans les sujets
   C’est finalement en 2008, qu’il décide de se      qu’il aborde : l’Homme dans son intégralité et
   consacrer intégralement à l’Art. Ses œuvres       dans son intégrité cosmique. Traitées avec une
   étonnantes sont exposées au sein de nombreuses    touche de légèreté et d’humour, ses œuvres
   collections privées, dans de nombreux pays.       sont dépendantes des détails auxquels il est
                                                     très attaché pendant
   Un travail en trois temps                         la conception, ce qui
   Félix Aberasturi travaille ses œuvres en          ne l’empêche pas
   plusieurs étapes. D’abord, il recherche ses       de laisser une place
   sujets, ses personnages et tous les accessoires   majeure au hasard
   nécessaires pour créer l’illusion de la réalité   et à l’interprétation.
   de ses photos composées. Pour cela, il pioche     Dans son univers, tout
   dans une source inépuisable de photographies,     est permis.
   d’images anciennes et contemporaines.
   Il retravaille ensuite ces images par voie
   numérique en jonglant avec les ressentis pour
   garder l’équilibre fragile entre l’imaginaire
   et le réel. Dans un second temps, il choisit
   un support : papier photo, collage sur bois,
   dibond, feuilles de papier... pour recomposer
   les images à la manière des affiches de métro.

4
   1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11